Le CBD en France, une situation complexe

Blog

Le CBD en France, une situation complexe

Le CDB est-il légal en France ?

Peut-être.

Dans certaines régions du monde, le CDB est partout : dans les boissons, les produits de beauté, et même dans les friandises pour animaux. Mais pas en France, où les lois sur les drogues sont parmi les plus strictes d’Europe. Les autorités françaises ont pris des mesures de répression contre les vendeurs de CDB, mais les magasins continuent à apparaître sur ce qui est considéré comme un marché lucratif.

Le CBD, ou cannabidiol, est l’une des substances contenues dans la plante de cannabis. On dit que le cannabis CBD ne contient que des traces de THC, le composé psychoactif de la marijuana – ce qui vous fait planer.

Les partisans du CBD prétendent qu’elle traite des maladies comme l’épilepsie et la sclérose en plaques, et qu’elle a un effet calmant sur les personnes souffrant d’anxiété et de dépression.

Mais en France, les vendeurs ne sont pas autorisés à faire de telles affirmations.

« Nous ne sommes ni médecins, ni pharmaciens, donc nous ne pouvons pas dire que cela aide tel ou tel problème« , déclare Maxime Brunet, dans son magasin de Caen, dans le nord de la France. Il a des clients qui ont lu en ligne que le CBD pourrait aider leurs maladies.

« Mais le problème, c’est qu’en France, elle n’est pas reconnue. Nous ne pouvons donc pas dire, prendre telle ou telle herbe« , dit-il. Il est cependant autorisé à dire que le CDB peut être relaxante, comme une tisane.

Sur le comptoir en verre devant lui se trouve une rangée de pots contenant des bourgeons, étiquetés avec des noms comme bourgeon d’argent, fromage suisse ou brume tropicale. Des panneaux indiquent que les bourgeons ne doivent pas être fumés. En revanche, il y a des instructions sur la façon de les infuser dans le thé.

  1. Brunet prend soin de suivre la ligne de la loi française, qui interdit même la promotion de tout ce qui a trait à la marijuana. Les images de feuilles de cannabis peuvent vous attirer des ennuis, c’est pourquoi le logo du magasin est une feuille à cinq points ressemblant à du cannabis. Le vrai cannabis en a sept.

« Notre logo… est une tasse à thé avec une feuille. Et ce n’est pas une feuille de cannabis« , dit-il. « De cette façon, c’est moins explicite. »

Malgré les précautions prises, Brunet a eu des ennuis judiciaires. Avec cette boutique à Caen, il en a trois autres, à Lisieux, à Nantes et au Mans, avec ses partenaires commerciaux – son frère et son père.

En novembre 2018, quelques semaines après l’ouverture du magasin de Nantes, la police a procédé à une descente et a confisqué les bourgeons pour analyse. Puis, en février 2019, la police a fait une descente dans le magasin du Mans, une semaine après son ouverture.

« Nous ouvrons à 11h, et à 11h20 la police est entrée. Ils étaient en civil. C’était la brigade des stupéfiants, suivie du commissaire de police et du vice-procureur« , se souvient Brunet. Ils ont vidé le magasin, et ont chargé toute la marchandise dans un camion. Et puis Brunet a été mis en détention pour être interrogé.

Même s’il pensait n’avoir rien fait de mal, il était toujours inquiet : « C’est stressant, parce que vous ne savez pas vraiment ce qui va se passer. Nous étions sûrs de suivre les règles. Mais on finit toujours par être détenu avec des criminels« , dit-il.

Une zone d’ombre dans la loi

L’avocate de Brunet, Ingrid Metton, estime que ce type d’action policière est le résultat d’un manque de clarté de la loi.

« La loi française est extrêmement vague en ce qui concerne le CDB, tout simplement parce que la loi n’a pas été faite pour ce genre d’affaires« , dit-elle.

Le chanvre – la fleur du CBD – est légal en France s’il est cultivé pour l’utilisation industrielle de ses fibres. En fait, la France est le plus grand producteur de chanvre d’Europe.

Le chanvre industriel contient beaucoup moins de THC que la marijuana consommée comme drogue. Légalement, les plantes de cannabis cultivées en France ne peuvent pas contenir plus de 0,2 % de THC. La marijuana en contient généralement environ 14 %.

Le CDB vendu en France n’est pas produit en France, elle provient de Suisse ou d’autres pays. La vente du CDB devrait donc être acceptable : elle n’est pas cultivée en France, elle contient moins que la limite légale de THC. Mais en 2018, la mission anti-drogue du gouvernement s’est montrée très ferme sur les produits à base de CBD, disant qu’ils ne devraient pas contenir de THC du tout.

La CBD en France, pourquoi maintenant ?

Paris a connu une telle répression. Les boutiques de CBD ont commencé à ouvrir fin 2017, suivant la tendance mondiale à la hausse des produits de CBD et du cannabis. Encouragés par la légalisation de la marijuana dans certains États américains et au Canada, les entrepreneurs ont senti une opportunité commerciale lucrative. De plus, en 2017, la Suisse voisine a légalisé la vente de CDB contenant moins de 1 % de THC.

Back To Top